Chargement...

  • 644
    observations

  • 38
    communes

  • 81
    observateurs

  • Première observation
    2016

  • Dernière observation
    2024
10003 - 10919 - 1159 - 1202 - 1308 - 133 - 1363 - 1374 - 13788 - 1386 - 1429 - 1436 - 1473 - 1591 - 1615 - 16388 - 16780 - 17705 - 1804 - 18366 - 18632 - 18926 - 193 - 1949 - 1957 - 21368 - 2151 - 21828 - 21839 - 2198 - 22108 - 2461 - 2478 - 2498 - 2602 - 2621 - 2701 - 2705 - 281 - 2930 - 296 - 33 - 3306 - 3403 - 3478 - 3962 - 4415 - 4497 - 4877 - 488 - 4979 - 5140 - 534 - 5441 - 5483 - 562 - 5808 - 583 - 6034 - 640 - 6464 - 648 - 6999 - 7892 - 823 - 860 - 866 - 8743 - 8831 - 939 - 96 - 9874 - Abel-coindoz Rémi - Andrieux Jean - Anonymisé - Bossand Sebastien - Cartier-millon Maxime - Non-renseigné - Revol Natan - Rousseau Lison - Tournier Hervé

Informations espèce

Le harle bièvre est un canard plongeur piscivore de la famille des anatidés. Le mâle possède une tête vert foncé avec une huppe peu marquée et un long bec rouge foncé ; son dos est noir alors que son cou, sa poitrine et les côtés sont blancs. La femelle et les immatures ont la tête brun roux, les parties inférieures blanches et le dessus gris. Source : Parc national des Ecrins
ll se rencontre près des fleuves, au bord des lacs, des rivières, sur les rives des grands étangs, le long des côtes marines. Son immersion dans l’eau peut durer entre 20 et 30 secondes au cours desquelles il peut descendre jusqu'à 10 mètres. C’est un migrateur partiel qui visite l’Europe occidentale en l’hiver. On peut ainsi assister à des rassemblements de plusieurs centaines de canards sur les rives des grands lacs. Le harle bièvre tient son nom de son habitude à nager le corps submergé (Mergus, de mergere, submerger). Source : Parc national des Ecrins
Lacs et mares | Prairies humides, mégaphorbiaies et roselières | Ripisylves | Rives de sable et galets | Rivières et torrents
Holarctique
Pas de synonymes pour ce taxon

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles